Centre Culturel AnimA

ENQUÊTE : Ancienne voie ferrée Bastia-Porto Vecchio, cherche tranches de rail disparues


Par Patrice Renard, sculpteur et ferronnier d’art
 
Voilà cinq années, je me suis mis à produire une série de tranches de rail historique, tirée de l’ancien chemin de fer qui traversait autrefois le coté est de la Corse de Bastia jusqu’à Porto Vecchio. L’histoire a voulu qu’il disparaisse après avoir été partiellement détruit et mis hors service en 1943.
J’étais d’abord motivé par la curiosité d’aller voir au cœur de ce railoxydé , ce fer intact et blanc comme à  l’instant où tout juste coulé il prenait sa forme dans les laminoirs de Longwy ou Isebergues…entre 1888 et 1891. Ensuite, le fait que cette voie ferrée soit disparue me poussa dans une recherche passionnée, ces quelques longueurs de rails venues à moi me parlaient du temps où le petit train que l’on appelait « u trinichellu » passait tout près d’ici.
Certains métallurgistes parlent d’une mémoire du fer que l’on efface par sa fusion (1 538 °C). De mémoire de fer, c’est donc là que cette histoire a commencé, dans cette fabrication de l’acier, en plein essor de l’ère industrielle nouvelle de la fin du XIXème siècle et par ces quelques vestiges métalliques, témoins de temps révolus en Corse, cette histoire peut sembler déjà terminée. Cependant chaque rail a gardé dans son fercette histoire de voie ferrée, avec le compte et la connaissance exacte de tous les passages de trains qui se sont succédés,en allers et en retours avec autant de voyageurs, de vies passantes et marchandises d’un autre temps…tout est enregistré dans ce fer.Les tranches de rails numérotées et signées peuvent alors continuer en pointillés sur un autre chemin de ferimaginaire, ce sont elles qui voyagent aujourd’hui et le petit train corse de poursuivre sa route jusqu’au bout du monde.
Depuis la toute première tranche, celle qui porte le numéro 1 (l’heureux possesseur est une personnalité connue dont je tairai le nom!), hors quelques tranches « collector » (hors série  sans numéro mais signées et quelque fois datées de l’année) la série a atteint la centaine (le numéro 100 est déjà réservé). Normalement chaque acquéreur d’une tranche de rail est enregistré avec son nom,  son prénom, sa région ou son pays et son adresse mail afin de faire partie de ce réseau « ferroviaire » aux voies invisibles et pour qu’il puisse aussi recevoir matière à s’enrichir sur le sujet avec une documentation assez fournie sur l’histoire de cette ancienne voie ferrée et ce qu’il en  reste aujourd’hui comme traces visibles dans le paysage corse.
Malheureusement de la liste établie à ce jour il reste à retrouver le nom de personnes détentrices de certaines tranches de rail numérotées dont les coordonnées n’ont pas été enregistrées. Ces pièces font parties de la toute première édition de 1 à 25 offertes à l’association Anima en janvier 2014, ainsi pour un minimum de 20 euros chacun pouvait acquérir le morceau de fer de son choix à la condition d’être bien enregistré.
 
Je lance donc un appel à tout possesseur d’une tranche de rail de vérifier son propre numéro et de se manifester dans le cas où il s’agirait d’un des numéros suivants:
 
5 – 10  – 12 – 20 – 21 – 23 – 24 – 25
 
Et ce sera un plaisir de vous inscrire dans la liste officielle de ce réseau « ferroviaire ».
Pour toute communication : decometal@orange.fr / 0651463237


 
 

Pascal AnimA