Auteur : TonkymOnk

Modification des horaires des manifestations d’AnimA suite au couvre-feu.

Modification des horaires des manifestations d’AnimA suite au couvre-feu.

Suite à la mise en place du couvre-feu dans la région Haute-Corse, nous avons décidé de changer les horaires de toutes nos prochaines manifestations afin de pouvoir continuer la diffusion des spectacles, films et des autres manifestations prévus.

Nous vous tiendrons informés de tous les changements d’horaire sur notre site internet et par le biais de notre newsletter.

– Concernant le cinéma, voici les nouvelles dates et horaires des séances :

Séance double du 10/11 annulée, remplacée par le samedi 7/11 à 17h (film documentaire « Adolescentes » ICI)
Séance ajoutée le samedi 21/11 à 17, film d’animation « Josep » (en présence du réalisateur)
Séance du 6/12 déplacée au samedi 5 décembre à 17h (choix du film en cours)
Séance du 20/12 déplacée au samedi 19/12 à 17h (choix du film en cours).

– Concernant les spectacles, les séances seront avancées aussi.

Le spectacle « Le jour se lève encore » sera avancé à 17H30, le samedi 14 novembre (lien vers l’article du spectacle ICI)

Samedi 14 novembre à 17h30 // Teatru // « Le jour se lève encore »

Samedi 14 novembre à 17h30 // Teatru // « Le jour se lève encore »

* Initialement prévu à 20h30, le spectacle débutera à 17h30 en raison du couvre-feu

Le centre culturel Anima accueillera cette semaine à la salle Cardiccia, la compagnie le Pas de l’oiseau pour un spectacle (à partir de 12 ans) en résidence de création et en avant première ! Rendez-vous samedi 14 novembre 17h30 à la salle Cardiccia pour découvrir l’aboutissement de leur travail.

Elle, elle souhaite s’installer à la campagne, pour faire pousser son jour d’après. Lui, ne voyant pas le bout du tunnel, accepte d’emménager avec elle dans la maison de sa famille, coincée entre deux montagnes.

Mais quand il s’enfonce dans le lit de son pépé Félix, ses souvenirs d’enfances remontent : les colos, les vacances en famille, le premier baiser, le décès de son père…
Pépé Félix… Ouvrier en usine et paysan pour parcelles miniatures, qui aimait la joie de la lutte et les amours interdites, qui a tenté, toute sa vie, sans faiblir, de faire mentir sa destinée…

Une fresque familiale, pleine des doutes et des espoirs du temps présent, éclairée par le parcours de Marcel Paul, né un 14 juillet et mort un 11 novembre, enfant de l’Assistance Publique devenu ministre de la république, syndicaliste, fondateur d’EDF-GDF. Une vie qui témoigne d’un siècle tragique et lumineux.

Avec ce conte rural et contemporain, Laurent Eyraud-Chaume rencontre ses peurs et ses souvenirs et lance une hypothèse : et si les idées pour inventer le jour d’après se trouvaient aussi dans le jour d’avant ?


De et avec : Laurent Eyraud-Chaume.
Mise en scène : Amélie Chamoux
Collaboration artistique : Pépito Matéo.
Création lumière et régie : Olivier Chamoux.

Renseignements au 04 95 56 26 67 ou par mail en cliquant ICI.
Réservations fortement conseillées en ligne en cliquant ICI.


Entrée adulte : 18 € – Abonné : 2 tickets (12.5 €)
Tarif jeune : 7 € – Abonné : 1 ticket (6.25 €)

Toutes les informations sanitaires en cliquant ICI.
Port du masque obligatoire à partir de 11 ans.

Samedi 7 novembre à 17h00 // CinémAnimA // « Adolescentes » (un film documentaire de Sébastien Lifshitz)

Samedi 7 novembre à 17h00 // CinémAnimA // « Adolescentes » (un film documentaire de Sébastien Lifshitz)

* La séance du 10/11 est annulée
Emma et Anaïs

Prochaine séance CinémAnima avec le film documentaire « Adolescentes » du réalisateur Sébastien Lifshitz. Rendez-vous le samedi 7 novembre à 18h30 au cinéma l’Excelsior d’Abbazia (Prunelli di Fium’Orbu).
* La séance du mardi 10 novembre est annulée suite au couvre-feu.

Adolescentes (9 septembre 2020, 2h15)
Un film documentaire de Sébastien Lifshitz

Emma et Anaïs sont inséparables et pourtant, tout les oppose. Adolescentes suit leur parcours depuis leur 13 ans jusqu’à leur majorité, cinq ans de vie où se bousculent les transformations et les premières fois. A leur 18 ans, on se demande alors quelles femmes sont-elles devenues et où en est leur amitié. A travers cette chronique de la jeunesse, le film dresse aussi le portrait de la France de ces cinq dernières années.

« Dans Adolescentes, la vie et les amours sont au cœur des préoccupations des héroïnes, à la fois comme présent tangible et comme fantasme formé par un futur qui effraie. Cette chronique de l’adolescence raconte, bien sûr, ce qui est propre à cette période de mutation, à commencer par le rapport au corps, au désir, au groupe, au monde ; mais elle dessine aussi en creux le portrait d’une société gagnée par la peur du lendemain, à l’heure des attentats de 2015, notamment, dont le traumatisme nourrit une scène poignante, filmée dans la cour de récréation du collège. « C’est angoissant le futur, en vrai », dit la très émouvante Anaïs.
Elle prononce ces mots de sa voix dansante, qui offre un contrepoint à la gravité de sa sentence. Anaïs est enjouée, plantureuse et affable ; Emma, elle, est plus ombrageuse, filiforme et dure de caractère – comme dans les séquences qui opposent cette dernière à sa mère et qui, parfois, suscitent l’embarras tant ces deux-là sont à couteaux tirés et se parlent violemment. Pour filmer Emma et Anaïs au plus près de leur quotidien et de leur vérité, Sébastien Lifshitz devait attendre deux heures environ afin qu’elles se défassent de leur désir d’être actrices. Or cette tentation d’exister en relief fait aussi la sève de bons nombres de scènes, où les phrases cinglantes fusent et où le tempérament haut en couleur des jeunes filles crève l’écran et déclenche le rire du spectateur. C’est qu’on s’émeut d’emblée face à ces deux-là, saisies à un âge où tout évolue si vite.
Adolescentes trouve aussi sa dynamique dans le contraste entre les contextes sociaux dont sont issus ses protagonistes, mais Sébastien Lifshitz ne force jamais le trait et met surtout en lumière le caractère extrêmement positif et courageux d’Anaïs qui provient d’un milieu moins aisé que son amie et dont la famille doit faire face au handicap d’un enfant.
Quand arrive le terme de cette narration, tissée par Lifshitz et sa monteuse Tina Baz, sur la base de 500 heures de rushs et 1100 séquences, nous quittons Emma et Anaïs avec un pincement au cœur. Car les demoiselles de Brive par leur exubérance et leur vitalité ont su nous faire vibrer haut.
 » Anne-Claire Cieutat pour BANDE A PART.




Tarif : 8 € (tarif abonné octave : 1 case soit 6.25 €)
 
Renseignements au 04 95 56 26 67 ou par mail en cliquant ICI.
Réservations fortement conseillées en ligne en cliquant ICI.


Toutes les informations sanitaires en cliquant ICI.
Port du masque obligatoire à partir de 11 ans.

Samedi 31 octobre à 17h00 // Musica // Demetrius Lopez

Samedi 31 octobre à 17h00 // Musica // Demetrius Lopez

Dume Ferrari et ses acolytes monteront sur la scène Cardiccia pour y donner un concert teinté de blues, funk, danse jazz, new age et funko corse. Rendez-vous le samedi 31 octobre à 17h00 à la salle Cardiccia (Migliacciaru, Prunelli di Fium’Orbu).

« Tu sais, c’est surtout de la musique ! Blues, funk, dance jazz, new age et des compos funko corse, comme d’hab quoi, mais ça commence comme ça : bonsoir, ce soir Démétrius Lopez n’est pas là (OH !, consternation du public, visages attristés, rictus de désolation, à la limite des pleurs), mais c’est nous qui allons le remplacer (AH !, satisfaction, visages illuminés). Cette embrouille de départ, de toutes façons, personne n’y crois !

En fait, à force de chercher en vain un chanteur ou une chanteuse dans les formations successives que j’ai enfantées (Monkey men, Nothing to loose), il m’est apparu que cette place de chanteur, naturellement, était vide. Du coup, c’est tout aussi naturellement que j’ai décidé de garder ce vide tel quel, sachant que le vide à une histoire bien remplie. Nous savons que nous allons contre la nature puisqu’elle a, par définition, horreur de lui. C’est peut être même ça qui nous plait.

Dire que le chanteur n’est pas là, que nous le remplaçons, installe un lien avec le public, même si c’est juste pour rigoler un peu. Enfin, tout ça pour dire l’idée d’origine qui nous est apparu lors d’une répète. Pas grand chose en fin de compte. Quant à savoir si le fameux Démétrius Lopez aurait mieux joué que nous lors de la soirée, on ne le saura jamais… » 
(Extraits des échanges avec Dume Ferrari pour l’accueil du spectacle).

Trompette et voix : Dume Ferrari
Claviers : Gilles Cianfarani
Saxophone ténor : Stéphane Houiller
Batterie : Ange Bianchini
Guitare : Bastien Costa
Basse : Jean Paul Peretti
Danse : Julie Bois

Renseignements au 04 95 56 26 67 ou par mail en cliquant ICI.
Réservations fortement conseillées en ligne en cliquant ICI.


Entrée adulte : 18 € – Abonné : 2 tickets (12.5 €)
Tarif jeune : 7 € – Abonné : 1 ticket (6.25 €)

Toutes les informations sanitaires en cliquant ICI.
Port du masque obligatoire à partir de 11 ans.

Mardi 27 octobre à 18h30 // CinémAnimA // « Un pays qui se tient sage » (un film documentaire de David Dufresne)

Mardi 27 octobre à 18h30 // CinémAnimA // « Un pays qui se tient sage » (un film documentaire de David Dufresne)

Prochaine séance CinémAnima avec le film documentaire « Un pays qui se tient sage » du réalisateur David Dufresne. Rendez-vous le mardi 27 octobre à 18h30 au cinéma l’Excelsior d’Abbazia (Prunelli di Fium’Orbu).

Un pays qui se tient sage (30 septembre 2020, 1h26)
Un film documentaire de David Dufresne

Alors que s’accroissent la colère et le mécontentement devant les injustices sociales, de nombreuses manifestations citoyennes sont l’objet d’une répression de plus en plus violente. « Un pays qui se tient sage » invite des citoyens à approfondir, interroger et confronter leurs points de vue sur l’ordre social et la légitimité de l’usage de la violence par l’Etat.

« En rassemblant, collectant, contextualisant des centaines d’heures d’images de violences policières alors que les Gilets Jaunes défiaient la puissance publique, David Dufresne est devenu l’emblème d’un journalisme de terrain capable d’interpeler le pouvoir politique. Un journalisme dont on se demandait un peu où il était passé, qui préfère s’appuyer sur ce qu’il constate dans la rue que sur les rapports qu’en transmettent les sous-préfectures.
En faisant du cinéma l’écrin d’images aussi brutes que dévastatrices, David Dufresne leur redonne un impact terrible, qu’il accompagne d’un discours articulé et brillant sur l’urgence de la réflexion citoyenne qui découle de la crise actuelle du maintien de l’ordre à la française. Cinématographiquement puissant et intellectuellement salvateur.
 » par Simon Riaux pour écranlarge.

Tarif : 8 € (tarif abonné octave : 1 case soit 6.25 €)
 
Renseignements au 04 95 56 26 67 ou par mail en cliquant ICI.
Réservations fortement conseillées en ligne en cliquant ICI.


Toutes les informations sanitaires en cliquant ICI.
Port du masque obligatoire à partir de 11 ans.

Samedi 17 octobre à 20h30 // Musica // La Buonasera (voix d’Italie, de Rome en descendant la botte)

Samedi 17 octobre à 20h30 // Musica // La Buonasera (voix d’Italie, de Rome en descendant la botte)

Venez écouter des voix d’Italie, de Rome en descendant la botte avec le second concert du week-end à AnimA le Samedi 17 octobre à 20h30 à la salle Cardiccia (Miagliacciaru, Prunelli di Fium’Orbu). La Buonasera nous emmènera dans un voyage musical au milieu des couleurs vocales et des plus belles mélodies d’Italie.

Germana et Xavier, deux chanteurs au long cours, nous racontent une musique qui coule, va, fluide et riche, inventive et joyeuse, drôle aussi, qui surtout prend aux tripes.

Les voix sont tour à tour populaires, naturelles ou évoquent le bel canto comme les multiples identités de la culture italienne. De Rome en descendant la botte, chants traditionnels et chansons, villanelles, sérénades, hymnes à l’amour ou à la liberté, à la poésie…

On se laisse guider par le duo Mastropasqua/Rebut, par son parcours d’interprètes, de connaisseurs de la tradition orale italienne et de créateurs. Les voix de 3 instruments les ont rejoints, comme pour agrandir la famille de musiciens descendue du pays : guitare, contrebasse et violon, qui s’expriment eux aussi comme les chanteuses et chanteurs populaires : avec cette poésie et cette verve que la musique reliée à sa fonction dans la vie de tous les jours peut avoir.

Ce concert sera également proposé aux scolaires.

Chant : Germana Mastropasqua, Xavier Rebut.
Violon : Anne-Sophie Chamayou.
Guitare : René Villermy.
Contrebasse : Maïeul Clairefond.

Renseignements au 04 95 56 26 67 ou par mail en cliquant ICI.
Réservations fortement conseillées en ligne en cliquant ICI.

Entrée adulte : 18 € – Abonné : 2 tickets (12.5 €)
Tarif jeune : 7 € – Abonné : 1 ticket (6.25 €)

Toutes les informations sanitaires en cliquant ICI.
Port du masque obligatoire à partir de 11 ans.

Vendredi 16 octobre à 20h30 // Cantu // Philippe Forcioli dit, lit, déclame (et chante aussi) son Georges Brassens

Vendredi 16 octobre à 20h30 // Cantu // Philippe Forcioli dit, lit, déclame (et chante aussi) son Georges Brassens

Un billet acheté pour ce spectacle = une entrée offerte pour le concert du lendemain (cliquez ICI).

Week-end musical à AnimA avec un premier concert le vendredi 16 octobre à 20h30 à la salle Cardiccia (Miagliacciaru, Prunelli di Fium’Orbu) : Chansons déshabillées.
Philippe Forcioli, célèbre chansonnier fabuliste du siècle dernier dit, lit, déclame… (et chante aussi) son Georges Brassens.

« Brassens fabuliste, Brassens moraliste, penseur sceptique et pessimiste mais dont la bonté et la compassion sur l’homme, la femme, l’amour, la mort débordent dans chaque vers si finement ciselé.

Une chanson, ce sont des paroles mises en musique. Et si les belles chansons étaient de belles dames ?… Les paroles, un corps de rêve et les mélodies, de splendides vêtements ?
Dans ce récital, j’ose déshabiller une vingtaine de chansons de Georges Brassens, des fois qu’elles deviendraient presque encore plus belles nues que vêtues… Mais n’anticipons pas !…
On s’émerveille sur l’art de l’écrivain minutieux mais on découvre surtout ce que les mélodies cachent parfois dans ses chansons : la profondeur, la justesse, le génie du regard d’un serein contemplatif à l’écart de la place publique.

Quant à l’humour et la malice, ça n’est pas au « vieux gorille », un tantinet rabelaisien, qu’on apprendra à faire des grimaces !
Dans ce choix, j’essaie de mettre en lumière ces deux aspects de l’œuvre « Brassenssienne », le grave et le souriant, le penseur et l’amuseur.
On y entend de vraies chansons aussi, guitare et voix, pas les plus connues (La maîtresse d’école, L’enterrement de Paul Fort, Le bout du coeur, Les illusions perdues…).

Pour conclure : « En ce temps où les faux-poètes sont la majorité Gloire à celui qui dit toute la vérité ! ». (Philippe Forcioli)

Renseignements au 04 95 56 26 67 ou par mail en cliquant ICI.
Réservations fortement conseillées en ligne en cliquant ICI.

Entrée adulte : 18 € – Abonné : 2 tickets (12.5 €)
Tarif jeune : 7 € – Abonné : 1 ticket (6.25 €)
*Un billet acheté = une entrée libre pour le concert du lendemain

Toutes les informations sanitaires en cliquant ICI.
Port du masque obligatoire à partir de 11 ans.

Atelier de découverte et d’initiation aux percussions latino-américaines

Atelier de découverte et d’initiation aux percussions latino-américaines

Un atelier animé par Luciano Gimenez

Venez découvrir les rythmes et les sons d’Amérique du Sud dans un nouvel atelier proposé pour les enfants à partir de 8 ans et pour les adultes, à l’Ecole de musique Anima (Casamuzzone).

Cumbia, Candombe, Zamba, Murga, Salsa sont quelques-uns des rythmes à découvrir à travers des travaux individuels et collectifs, des jeux en ronds, des percussions corporelles, l’accompagnement d’une chanson, l’apprentissage de bases rythmiques différentes, et l’utilisation de différents instruments de percussion dans la chanson.

Un vendredi sur 2, cycle de 6 ateliers, les vendredis 2 et 16 octobre, 6 et 20 novembre, 4 et 18 décembre 2020. 
2 groupes : 17h à 18h30 ou 18h30 à 20h. 
10 inscrits maximum par groupe. Tarifs pour les 6 ateliers : jeune 40 €, adultes 70 €.

Luciano Gimenez Luna, professeur de musique, est né à Santiago de Estero, en Argentine. Il vit en France depuis 3 ans et, depuis peu, à Corte. Il travaille comme professeur de musique, organise des ateliers et des stages de musique argentine et latino-américaine, en particulier de percussions, pour différents niveaux et âges. Il enseigne actuellement les percussions et la musique argentine (folklore) dans le cadre de l’association Albi Tango Amigo à Albi (Tarn 81) et à Toulouse.

Renseignements et inscriptions au 04 95 56 26 67 ou par mail ICI.
Toutes les informations sanitaires en cliquant ICI.

Mardi 6 octobre 2020 à 21 h // Cinéma « Papicha » // Rencontres des cinémas arabes d’hier et d’aujourd’hui

Mardi 6 octobre 2020 à 21 h // Cinéma « Papicha » // Rencontres des cinémas arabes d’hier et d’aujourd’hui

Venez assister à la dernière soirée des « Rencontres des cinémas arabes d’hier et d’aujourd’hui », organisée le mardi 6 octobre 2020 à 21h au cinéma l’Excelsior d’Abbazia (Prunelli di Fium’Orbu) en partenariat avec l’association Sirocco. Au programme de cette soirée, la projection du fim de Mounia Meddour « Papicha » (2019, 1h45). Tarif unique à 8 € (tarif abonné octave 6.25 € soit 1 case).

21h : Papicha (2019, 1h45) de Mounia Meddour
Alger, années 90. Nedjma, 18 ans, étudiante habitant la cité universitaire, rêve de devenir styliste. A la nuit tombée, elle se faufile à travers les mailles du grillage de la Cité avec ses meilleures amies pour rejoindre la boîte de nuit où elle vend ses créations aux  » papichas « , jolies jeunes filles algéroises.La situation politique et sociale du pays ne cesse de se dégrader. Refusant cette fatalité, Nedjma décide de se battre pour sa liberté en organisant un défilé de mode, bravant ainsi tous les interdits.
Bande annonce ICI.

Renseignements au 04 95 56 26 67 ou par mail en cliquant ICI.
Réservations en ligne en cliquant ICI.
Toutes les informations sanitaires en cliquant ICI.

Tarifs : 8 € par journée (6.25 € tarif octave, soit 1 case €) : 1er film à 8€, le deuxième film de la journée gratuit.


Vendredi 2 octobre 2020 à 18h // Rencontre de création //« Sguillada » par la compagnie La Flux

Vendredi 2 octobre 2020 à 18h // Rencontre de création //« Sguillada » par la compagnie La Flux

La Compagnie bastiaise La Flux fera escale à Anima durant une semaine de résidence pour sa nouvelle création « Sguillada » regroupant danse, musique & arts numériques. La compagnie proposera une rencontre en entrée libre avec le public autour de cette création le vendredi 2 octobre 2020 à 18h à la salle Cardiccia (Miagliacciaru, Prunelli di Fium’Orbu). L’entrée sera libre et gratuite.

Etape de travail « SGUILLADA », création de la Cie LaFlux

Avec Caroline Savi (danse et chant), Eva Tamisier (musique), Fred Moreau (lumières).
Direction artistique : Caroline Savi et Juha Marsalo

Dans cette étape de travail la danseuse s’exprime avec l’intensité d’un concert de rock. Obsédée par le désir de surfer, elle rêve, lutte avec les conventions qui la retiennent, cherche les espaces de liberté, fait face à son énergie de vie. Son chant vibre avec tout son corps en mouvement, dans des paysages mouvants de lumières et de fumée, elle y va, cri, saute, plonge, tournoie… Il y a de la fluidité, de la folie, du combat, de la grâce. A l’image des éléments naturels qui la dépassent elle impose sa présence et son parcours au spectateur, à lui de surfer.

Pour en savoir plus sur la compagnie La Flux, cliquer ICI

Renseignements au 04 95 56 26 67 ou par mail en cliquant ICI.
Réservations fortement conseillées en ligne en cliquant ICI.


Entrée libre et gratuite.
Toutes les informations sanitaires en cliquant ICI.

Association Anima - 04 95 56 26 67 - anima.centreculturel@sfr.fr - Siret : n°39435607500017
Casamuzzone, 20243 Prunelli di Fium'Orbu